Angot à ONPC, la société du pestacle au stade régressif

Le coup de Laurent Ruquier et Catherine Barma dans cette histoire, est de réveiller un peu un public qui n’en a plus rien à foutre de cette émission, de faire fonctionner la machine à blabla (c’est déjà réussi), de laisser trépigner le public pendant l’été puis de créer le buzz à la rentrée, puisque tout le monde voudra voir le bateau couler avec délectation et un voyeurisme amusé.

Après trois, quatre émissions, on va offrir à la plumitive sans talent et d’une maitrise orale digne d’une lycéenne, un bon client, genre un homme (on ne la taxera pas de sexisme si elle l’agresse et l’insulte), blanc (idem pour le racisme) qui refuse de diaboliser le FN ou de se placer ostensiblement dans l’Axe du Bien, face à qui elle pètera des plombs qu’on va scotcher pour qu’ils tiennent jusqu’au numéro. Si on sent que cette hystérique n’est pas capable de jouer son rôle, son nouveau Doc Gyneco du moment la privera de sodomie quelques jours, on la droguera un peu et ça partira tout seul lors du tournage. Là, elle claquera la porte bruyamment, refusant de s’excuser, prétextant qu’elle est trop rebelle pour ce genre d’émissions calibrées, que la lutte contre le FN (qui repose sur ses épaules et son nombril, cela va sans dire, déjà qu’elle a inventé la vérité littéraire bien avant Rousseau !) est trop importante pour qu’elle se laisse museler, sans compter que la littérature a trop besoin d’elle qui se mourrait pendant son absence, et autre flot de fadaises. Enfin la prod’ la remplacera par la personne qu’ils ont déjà prévu. Double buzz et animation jusqu’en novembre ; école Cyril Hanouna : alimente Youtube, temps qu’on parle de toi, tu existes.1 Ne pas sous-estimer la société du spectacle…

Un exemple avec Elie Semoun :

 

(Pauvre Elie Semoun qui n’a jamais été drôle sans Dieudonné, qui a fait un bide avec ses chansons, qui n’a aucun talent mais qu’on tout le temps dans les media… ah si, il a réussi à faire rire les cons avec un sketch sur une dame-pipi à base de caca et de pipi ; « meeerki » est d’ailleurs devenu un marqueur à crétins, voilà son apport à l’humanité…)
Il parait que celle-ci aussi été simulée :

Pauvre, pauvre M. Semoun ; pauvre société dans laquelle des minables de cet acabit peuvent prospérer.

Mais retournons à nos moutons du moment. En attendant le coup d’éclat de septembre ou octobre, cette émission deviendra un bon marqueur pour repérer toutes les plus grosses catins médiatiques du moment, celles qui ne se respectent plus du tout ou ont tellement besoin d’exister qu’ils se soumettent au dialogue avec un écrivain courtisan désormais décalotté2 qui cire les pompes et pompe les sirs et une débile déculottée. Puis tout reprendra dans l’ordre jusqu’en juin, où Barma-Ruquier inventeront un nouveau divertissement après essoufflement de celui-ci.

Allez, caca-boudin tout ça, on regardera les images au zapping, pour voir ce sur quoi débattent nos contemporains les moins éclairés qui regardent la télévision, ça nous prendra trois minutes et on passera à autre chose avant les prochains épisodes de cette série sans fin.3

Photo d’entête : “20070101 020.jpg” par Jon W.

Notes

  1. Et quand tu n’existes plus, tu te fais oublier six mois, tu reviens “changé”, tu fais un peu d’humanitaire… tous ceux qui se souviennent de Nicolas Sarkozy entre 1995 et 2012, savent que tout est possible []
  2. « Comme le disait Levinaaas », que m’a demandé de citer BHL pendant quelque temps, comme humiliation publique expiatoire []
  3. Oui, je parlais d’un « stade » dans le titre et on s’attendait à une vision décliniste, alors que la bulle se termine sur une vision anhistorique, c’est pas cohérent. Hé bé, non, c’est postmoderne ou trop dialectique pour que vous compreniez ! Vous relirez Hegel, Heidegger et Levinaaaaas à l’envers et sous acide et peut-être que vous arriverez à comprendre que je ne suis pas pris en faute. []
(PdB) Écrit par :