L’athéisme irréfléchi me pousse à toutes les théodicées

84. L’athéisme irréfléchi – peut-il être autrement ? – me pousse à toutes les théodicées. Peut-être que défendre Dieu revient à vouloir attraper le vent dans un filet géant. Au moins on ne souffre pas la cohabitation de la bêtise la plus bruyante du moment.

*

Plagiat par anticipation :

Il fait mon éloge : donc, il me donne raison » – voilà une ânerie en forme de déduction qui nous gâche à moitié la vie, à nous, ermites, car elle nous vaut le voisinage et l’amitié des ânes.
Friedrich Nietzsche, Par-delà bien et mal, § 283

Variante : Toute position irréfléchie ferait de moi son ennemi, quitte à me parer de mauvaise foi, fallût-il marcher sur le terrain fragile des contradictions, à l’orée des sophismes ; j’endosse le rôle du sceptique pourvu que je puisse inoculer le doute chez un vis-à-vis trop arrogant.

Photo d’entête : “Judeo-Christian glimpse in Cimetière du Père-Lachaise” par John Althouse Cohen.

(=S=) Écrit par :