Catégorie : Des mots

A priori cette rubrique est close puisque la poésie, au XXIème siècle, c’est la chanson !

4 novembre 2017 / Des mots

Si le rock fait l’R, que fait l’I ? I. L’I fait papillon Elle ; électrocution immédiate ; attends un peu ; peut-on dire alors après-demain ? ; maintenant souriants et mains tenues ; nus cœurs battants quand ils (voyeurs !) ; heur amoureux dans une vie à deux ; demi-oranges, salades de fruits, familles et déjà rondeurs…

20 décembre 2015 / Des mots

Suivie : une femme. Qui avait des oiseaux en vol noirs sur le haut du dos. Sans regarder la direction des rails. (Avoir bien vite fait de) Me tromper. Perdre dix minutes sur l’itinéraire de la raison. Que je n’avais pas (re)gagnée(s). Ne plus désirer d’autres routes que celles qui…

19 septembre 2015 / Des mots

(A chantonner comme une comptine) Nous attendons tous que cela cesse C’est un moment à coïncidence A gagner le concours de circonstance Si captif aux côtés d’une princesse Tous à l’abri quand le temps rince C’est un moment où l’existence Peut basculer si les circonstances Nous enferment avec un beau…

11 janvier 2015 / Des mots

I

Il est donc quelqu’un en moi que je combats pour me grandir. Il [faudra un] voyage difficile pour que je distingue ainsi en moi, tant bien que mal, l’individu que je combats de l’homme qui grandit. Je ne sais ce que vaut l’image qui me vient, mais je me dis : l’individu n’est qu’une route.
Antoine de Saint-Exupéry, Pilote de guerre, Paris, Gallimard, coll. Folio, p. 192

Voilà, comme dans tout film d’horreur bien scénarisé, il faudrait ne pas se séparer pour espérer survivre.
Mais lui sait qu’il ne sert à rien de se débattre puérilement : puisque nous finirons tous défaits, autant économiser du temps et affronter la Bête invisible en face et tout de suite ! Au pire, nous irons plus vite en Enfer aller botter le cul à Mozart et Da Ponte pour la fin ridicule de leur Don Giovanni, alors que le Commandeur pouvait très bien revenir sur Terre inciter notre pauvre libertin à jouir tout ce qu’il peut de la vie avant d’aller s’ennuyer ad vitam aeternam à la droite du Père.

Enfin…
Là, écoutez, c’est “The First Days of Spring” qui vient de commencer.

Au moment où tonnent les premiers coup de tambour, écho échappé des battements de son cœur qui sourdaient dans les eaux profondes de ses futurs déchirements, il devine bien que dans 5:56 minutes quelque chose de fort va éclore de la situation dans laquelle il est en train de pénétrer.
Il écoute la sirène du bateau. Celle-là même que Yamaguchi Seishi entendait entrer en lui lorsqu’il écrivit

Marée de printemps –
dans tous mon corps
la sirène du bateau

, et que les hommes qui se comprennent font retentir les uns pour les autres. Sauf, mon bon vieux Chikahiko, qu’il y a belle lurette que les hommes se sont émancipés des voies liquides ! Sa sirène à lui a deux bras ouverts mais pas de jambes, sinon une queue agrémentée d’une dérive et de deux stabilisateurs, et, comme la vie il y a des siècles et des siècles de cela, elle a quitté l’eau pour chanter toujours plus près du soleil. Pourtant il l’entend cette sirène, il en est sûr, et sa valise semble vibrer en résonance à cet appel de la route.

14 décembre 2014 / Des mots

Pendant qu’ils rédigeaient ensemble leur texte sur la littérature, l’un demanda à l’autre : — Qu’est-ce que tu penses d’écrire : « la littérature est le grand carnaval des mots » ? — Mmm, c’est joli mais il faudrait nuancer… — Non, il nous faut des tournures ‘choc’, les gens ne retiennent que ça ! L’incipit…

8 février 2014 / Des mots

Il donne les graines des paroles qui ont mûries en lui En espérant qu’elles poussent en d’autres… [Initialement dans L’incitation à écrire, #N] Photo d’entête : “Hong Kong Umbrella Revolution” par Pasu Au Yeung.

8 février 2014 / Des mots

Je voulais la dégrafer Et ne pus que sortir des griffes Moi aussi j’ai connu Ces gestes qu’on voudrait caresses Mais qui blessent comme une claque [Initialement dans L’incitation à écrire, #F] + 20.04.2018 Bande originale de la bulle : Daran, « Une caresse, une claque » Photo d’entête : “meek…

7 février 2014 / Des mots

Qui vend la peau de l’ours emporte plein d’argent Il remplit bien sa bourse et s’en revient content Il ne l’a pas tué, soit – il l’aura promis On l’a acheté déjà, et on aura omis De le lui réclamer enfin, c’est superflu Puisqu’il habille déjà en rêve la grosse…

7 février 2014 / Des mots

Il est des questions qui demeurent sans escales et se perdent dans la mer Il est des réponses qui attendent au port, regardent au loin et désespèrent Il est des emboîtements qui ne se feront pas Des compléments qui ne se trouveront pas plus Des quais en rade, des trains…

7 février 2014 / Des mots

28. Plages aux contours incertains mal encastrées à la mer Crêtes couvant l’inconnu – panorama ou gouffre ? Poussières en suspens qui tomberont former un sol ferme Distances qui se disloquent et s’enchevêtrent à jamais Jeunesses vendues au premier venu qui a investi le Temple Musique agonisante poussée par le…