Cercle de la révolution

La dernière vanité du révolutionnaire est de se croire émancipé de ses déterminations. Or à force de se méfier des recoins d’où pourrait venir le filet qui l’emprisonnera, il ne voit plus, là en évidence, bien au centre de la tragédie, que son ombre a fait de lui sa marionnette.

Et il n’y a rien de plus difficile pour celui qui est entièrement anti- que de ne pas retourner jusqu’à revenir à pire, puisque le dernier acte vraiment ébranleur de la tradition de la rupture revient à finir par revenir au conservatisme le plus restrictif.

Ainsi, le destructeur finit par se guillotiner, comme le rire finit par se moquer de lui-même en pleurant : afin de demeurer conséquents.

… moins ils croient être  ce qu’ils sont, plus ils le sont réellement.
Platon, Théétète, 176 a

Photo : “Revolution poster illustration” de Danny PiG.