Distinguer les Coréens des Chinois

Alors que nous sommes en train de manger au beau milieu du quartier coréen de Pékin, elle me demande : « tu sais distinguer les Coréens des Chinois ? »

Non. Je n’imaginais même pas que ce fût possible de les reconnaître les uns des autres… ne sont-ce pas les mêmes ? Et alors revient à ma mémoire ma connaissance assez fine des faciès européens et l’assez grande facilité de prédire la nationalité de telle ou telle personne qu’on croise si on a le temps de l’observer un peu (sans l’entendre, évidemment, ce qui est trop facile, même entre Coréens et Chinois)…

Tout d’un coup, autour de moi, en regardant les Asiatiques attablés dans le restaurant, je prends conscience qu’il y a sur leurs visages une profondeur sur laquelle mon regard glisse et qu’il ne peut lire, symboles dans une langue que je ne sais pas décrypter, des choses qui me sont invisibles. Ça me trouble. Voient-ils aussi des couleurs que je ne vois pas, entendent-ils des sons que je ne peux percevoir ?

Photo : “Ghost Street” de Jonathan Kos-Read (photo prise en Chine, est-ce que c’est un Chinois, toujours aucune idée…)

(=S=) Écrit par :