C’était une guerre qui ne savait pas encore qu’elle était la Grande Guerre

31C3ephNJaL._AA278_PIkin4,BottomRight,-49,22_AA300_SH20_OU08_Les Allemands étaient de l’autre côté de la luzerne. Ils étaient là-bas, tranquilles. Ils ne tiraient pas spécialement. Ils tiraient un peu… Ils jouaient vaguement du fusil parce que c’était la guerre. Mais c’était une guerre qui ne savait pas encore qu’elle était la Grande Guerre, une guerre qui ne se savait pas elle-même en train d’être la guerre de 14-18. Donc, les Allemands ne tiraient pas exactement comme ils auraient tiré s’ils avaient su qu’ils faisaient la guerre de 14-18. Non : ils tiraient quelques coups de début de guerre, des  douilles de septembre 14, ils rechargeaient leurs canons de morceau de guerre, de campagne cool française, d’automne pas entamé, de guerre qui sentait encore la paix d’hier. C’était une guerre débutante ; c’était une guerre où les Allemands étaient encore des gens : de Francfort, de Hambourg, des garçons sympathiques de Munich. Ce n’étaient pas des soldats de la guerre 14 ; ils ne se battaient pas encore réellement contre les Français; ils étaient surtout dans un champ avec des bottes, une gourde, un chef dont ils ne connaissaient pas le prénom, et un peu de soleil dans les yeux. [Emplacement 5377-81]

(PdB) Écrit par :