L’éternel retour du Même – There is no alternative!

FestivusFestivusEvidemment, il ne s’agit jamais que d’un autre totalement bidon qui ne masque jamais cette célébration du même, de leur même. […] Un autre monde est possible ? C’est le premier verset de leur livre saint, le dernier aussi, ils le répètent comme un mantra jusqu’à l’abrutissement (qui leur vient vite à vrai dire) sans jamais aller plus loin, et qu’est-ce qu’ils ont dit d’autre et de plus que cette prière de l’Autre, (…) en adoration devant le nouveau Dieu : l’Alter ? […] Le radical-messianisme altermondialiste est devenu l’autre nom du Bien. Un autre monde est possible ? Il faudrait déjà qu’ils soient capables de voir que le leur, de monde, ce campement de trois jours qu’ils croient un contre-monde parce qu’ils croient qu’ils l’ont voulu, cette décharge à piercings, canettes, glacières, Manu Chao, bébés, couettes et guitares, est le même que celui qu’ils pourfendent. Qu’ils soient au moins capables de comprendre cela.
Philippe Muray, Festivus Festivus, « Les damnés de l’Alter », pp. 387-388.

Bande originale de la bulle : Swell, What I Always Wanted”

Swell, un groupe mythique…

(PdB) Écrit par :