Hymne de rupture / transition entre An* et Aur* (Psyché – Massive Attack)

Un changement de vie qui s’est déroulé à ce rythme fou…

An* me dit qu’elle ne viendra pas me voir ces vacances à Ai* ; je suis soulagé car un peu de moi est déjà avec Aur* dans cette même ville, j’ai croisé ses regards et ils m’ont touché. Puis la première m’annonce que tout est fini. C’est triste, certes, notre couple avait sa force et sa logique. Mais je suis alors tout à la deuxième avec qui je suis en peu de temps.

Un début, une fin / une fin, un début et l’idée que le temps est cyclique comme le morceau de Massive Attack, que j’écoute alors, pris dans une certaine ivresse. Je devais revenir dans mon ‘Nord’1 natal après six mois, comme une pause après plus de quatre ans de vie commune ; je n’y suis jamais vraiment retourné depuis, même si entre temps j’ai fait de nombreuses infidélités à ma nouvelle région d’accueil.

Évidemment, ce ne sera pas facile de nettoyer l’ancien chez soi où on n’a plus rien à faire, qu’on avait choisi ensemble, cette magnifique maison à hauts plafonds, son jardin intérieur, ce salon immense où même ma massive bibliothèque paraissait minuscule, le petit chat noir que j’avais réussi à apprivoiser, enfin le deuxième après Clair-Obscur qui n’avait pas été très dur à attirer chez nous, près du poêle et des croquettes, toutes ces couleurs que nous avions rajoutées aux murs blancs. Évidemment, aucune rupture n’est facile lorsqu’on s’est aimés à ce point.

Un amour, là, chassait un autre, et celui qui naissait alors paraissait aussi fort que celui qui mourait2, voilà qui est un peu plus rapide… Il n’y eut pas de deuil à faire, des au revoir bâclés, un départ aussi rapide que nous avions commencé : ce devait être ainsi entre nous.

  1. Nord relatif : on est toujours le nord de quelqu’un sauf dans le Grand Nord au plus près du pôle []
  2. Chose confirmée par la suite ! []