Étiquette : Entête

14 octobre 2016 / Carnets de voyage

Pour ne rien te cacher, je ne suis pas allé directement à Romans-sur-Isère. Sur la route, après la Coucourde qui m’a encore fait rire, j’ai vu le nom “Privas”. Il y a vingt ans, une jeune-fille que j’ai aimée me parlait de cette ville, lorsque nous étions au milieu de…

19 juillet 2014 / Carnets de voyage

A votre gauche trois bibliothécaires désœuvrées à 90% qui vous enquiquinent à parler à voix haute. Un peu plus loin, trois personnes au comptoir pour servir les gens en gâteaux, sandwichs et boissons : un Chinois qui ne parle pas un mot de français occupé à 10% de son temps,…

12 juillet 2014 / En vrac

C’est juste après m’avoir prouvé en acte que son moteur de recherche n’est pas performant (évidemment qu’ils ont déjà parlé d’Amazon depuis 1944) que Le Monde me propose de payer pour bénéficier de tous ses services. Bah, là, comme ça, tout de suite, j’ai pas une grande envie de payer,…

3 juillet 2014 / Fragments de lectures
7 mai 2014 / English songs

Evidemment, il ne s’agit jamais que d’un autre totalement bidon qui ne masque jamais cette célébration du même, de leur même. […] Un autre monde est possible ? C’est le premier verset de leur livre saint, le dernier aussi, ils le répètent comme un mantra jusqu’à l’abrutissement (qui leur vient…

3 mai 2014 / Fragments de lectures

A cette époque-là, il y a vingt ans, [bien après la Cause], on ne faisait plus grand-chose d’autre. Les Grands Timoniers, les soleils rouges éclairant l’avenir radieux, on en avait soupé, on n’en reprendrait plus, et en même temps on n’avait pas envie de devenir des bourgeois, comme si on…

3 mai 2014 / Fragments de lectures

[Le bord de mer], ça étincelle, ça éblouit, il y a des ombres qui naviguent là-dessus, sous les nuages… C’est couleur d’huître et puis d’un seul coup couleur de papier d’alu. Comment est-ce qu’on a pu se passer de ça ? Ça me donne envie de chanter, dit-il. Là, je suis…

3 mai 2014 / Fragments de lectures
3 mai 2014 / Fragments de lectures

Quand la bande d’Issy y était allé un peu fort sur le litre, elle apostrophait grossièrement l’orateur. Gédéon s’employait à découvrir dans ces invectives quelque élément sensé à partir de quoi il tentait de bricoler une réconciliation : c’était ce qu’on appelait, en franco-maoïste, « résoudre les contradictions au sein du peuple ».…

3 mai 2014 / Fragments de lectures

Ecoute, dis-tu à la fille de Treize : tu vas voir à quel point je suis ringard. Ce que je crois, c’est qu’on a été la dernière génération à rêver d’héroïsme. Maintenant ça parait ridicule, ça vous parait bon pour des cloches, et a vrai dire vous ne voyez même plus…