Étiquette : Liberté d’expression

8 janvier 2015

Que tous ceux qui se découvrent tout d’un coup défenseurs de la liberté d’expression sous le coup de l’émotion, se rassurent : il reste encore plein de gens à défendre contre la censure et de discours à tolérer dans nos démocraties libérales !

Des causes ? Le droit d’être… con, sexiste, islamiste, raciste, très con, incrédule face au réchauffisme de nature anthropique, pro-palestinien, blasphémateur, homophobe, négationniste, d’extrême-gauche, provocateur, d’extrême-droite, défenseur du colonialisme, (ultra)libéral, de mauvaise foi, désireux de montrer son cul aux bienpensants, antisémite, monarchiste, pro-israélien, de se tromper rationnellement sans être taxé de fou (à la soviétique) ou de haineux (forme postfoucaldienne du même procédé de disqualification grotesque), indifférent aux malheurs du monde, moqueur y compris avec le handicap, suprématiste blanc/noir/jaune/rouge, irrespectueux, soucieux de vérifier les sources qu’on nous propose fâché avec la Licra, très très con, lecteur de Philippe Muray, pornographe, dur avec des victimes quelles qu’elles soient (simplement parce que le statut de victime de donne aucun droit compensatoire), assis à un spectacle de Dieudonné, drogué, islamophobe, électeur de Mélenchon ou Le Pen, etc.

22 mai 2009

Perplexe. C’est le seul mot qui m’est venu à la fin du visionnage de la vidéo du débat entre Dieudonné et Elisabeth Lévy, organisé et hébergé sur Fluctuat.net. Comme les films qu’on va voir avec un peu trop d’apriori positifs et qui provoquent une déception à la hauteur de l’excès d’enthousiasme qui vous animait alors, peut-être m’étais-je laissé emporter par la fougue déstabilisatrice de la jeune journaliste, entendue le 07/05 dans l’émission Du Grain à moudre sur France Culture. Après avoir désarçonné un à un ses piètres contradicteurs en prônant la liberté d’expression et confondant admirablement les censeurs de toutes espèces, puis mis Julie Clarini hors de ses gonds, elle avait terminé sa joute par un prometteur « il faut aller les chercher avec les dents ». Je dois même avouer avoir été tenté alors de descendre à Paris et d’aller faire une grève de la faim sur le parvis de l’Hôtel de ville en me déclarant bruyamment antisioniste pour avoir la chance d’attirer la belle et gouter à ça…