Ce n’est pas grave de pleurer pour une femme

Ce n’est pas grave de pleurer pour une femme. C’est être vivant.
C’est juste triste de gâcher des larmes pour des qui n’en valent pas la peine.

Aussi ce n’était pas pleurer pour Méli* qui était le plus triste, mais pleurer pour Méli*

Bande originale de la bulle : Paco Ibañez (Pabo Neruda), “Puedo escribir los versos más tristes…”

Mon deuxième rendez-vous avec Paco Ibañez fut en Amérique du Sud, assistant aux retrouvailles du vieux chanteur avec le Chili. Quarante après le coup d’Etat et 23 ans après le retour de la démocratie dans le pays…

Un concert peu mémorable en lui-même, sinon pour le symbole, puisque le catalan venait en outre présenter son album dédié aux poètes sud-américains. Et parmi eux, Pablo Neruda dont il avait adapté les 20 poèmes d’amour et une chanson désespérée dès 1977.

Photo : “Vieilles branches” de Gabriel Renault.

(PdB) Écrit par :