Pfff, les reprises…

Ce soir, je croyais venir entendre des gens jouer leur compos pour se faire la main avec l’aide de quelques pros, dans une sorte de répét’ publique. Je craignais, certes, les sempiternelles impro’ de blues qu’on a déjà entendues 54543 fois (on n’y a d’ailleurs pas échappé), mais ne pensais pas n’entendre QUE des reprises.

Je vous fais grâce d’un débat sur le rôle de la musique dans le conditionnement des masses où je terminerais par essayer de vous montrer pourquoi le karaoké est un outil propédeutique utile à la diffusion des idées fascistes. Ou bien d’une querelle intellectuelle où je tenterais de vous montrer le lien entre ce besoin maladif de n’écouter que des choses ultra-connues, la peur du futur et le triomphe des idées réactionnaires en France. Mais enfin, je ne peux pas m’empêcher de penser que des personnes qui aiment aller régulièrement dans des soirées années 80, chanter des airs idiots qu’ils ont déjà entendus des centaines de fois, qui sait ?, des milliers, ne sont pas des gens dangereux…Je n’ose pas non plus penser que les auditeurs de Radio Nostalgie sont des gens douteux et qu’il faudrait leur ôter le droit de vote, mais enfin…

Ainsi, ce soir de déception, à défaut de le mépriser, je me dis que ce monde est parfois à repriser en profondeur.

(Une nuit où seul le whisky risquait d’être bon.)

Et puis ça, tout de même, découvert comme une bouée dans la mer :

Le monde n’avait pas cessé de tourner, la vie avait encore de la reprise et je passais fissa la cinquième pour une fin de la nuit dans un nouvel élan en oubliant les odieuses starlettes du quartier qui ont une voix si forte qu’elles doivent écarter le micro de leur bouche de peur de nous briser les tympans ou recalées d’un quelconque télé-crochet navrant !

Photo d’entête : “more balconiesat the Eklandagatan, Gothenburg, Sweden” par Christian Scholz

(PdB) Écrit par :