Pourquoi je vais prendre ma carte au Front National

Au début du XXe siècle lorsqu’on voulait faire partie de la jeunesse de gauche, on adhérait à l’anti… pardon… l’altermondialisme. Il s’agissait donc de se réunir et d’inventer rien de moins qu’un autre monde. Certes il n’était encore qu’en gestation, potentiel, utopique mais possible ! Aujourd’hui, on l’attend toujours. Comme Godot. Avec moins d’espoir qu’il advienne puisque ses braises paraissent froides et sans doute se trouve-t-il enterré avec Chávez au Venezuela. Mort donc, définitivement.

Ensuite il fallait s’indigner contre le monde existant. Il ne fallait plus créer quelque chose de mieux à la place, on se faisait moins ambitieux, mais enfin la contestation était globale et l’ombre d’un contre-projet pouvait encore faire semblant d’exister.

Maintenant que Hessel est mort, lui aussi, et que ses fans en ont marre d’être fâchés oui mais tous ensemble, en 2015, le secret de la coolitude n’est plus que de s’opposer à TAFTA. Évidemment personne n’a lu le projet mais enfin, il faut être contre car avec cet accord de libre-échange, les méchantes firmes des Méchants Américains vont nous manger tout cru !

Si c’est pour être passés en quinze ans de créateurs conquérants parti à la découverte de Nouveau Monde, à gestionnaires de l’immobilité ou restaurateurs passants de vieux plats avariés comme le communisme, si c’est donc ça être “engagé”, aujourd’hui , être conservateur, je préfère encore devenir réactionnaire, ça a plus de gueule : on a au moins l’impression de participer à la révolution de l’éternel retour du même (sous d’autres visages) !

Car voilà, j’ai faim de l’Histoire, je veux encore la faire, je veux former un Etat fort et fi des histoires avec ton père, Marine, partons tous ensemble affronter, dans un beau chocs des civilisations, l’Etat Islamique1, ces derniers révolutionnaires, ces iconoclastes conséquents là où les révolutionnaires français ont laissé Versailles intact et les maoïstes la Cité Interdite bien dans ses murs. Quitte à être nihiliste je veux être ultranihiliste, postlibéral, infrarouge de collectivisme et de haine ! France, zone à défendre ! Irak, zone à défoncer !

Je suis un jeune de mon temps ; nous me dégoutons.

PS. Les vrais révolutionnaires conséquents sont aussi des tarés qu’il faudra bien arrêter un jour, même si les hauts faits des coalitions partis libérer l’Irak en 2003 nous font connaître le fiasco qui s’étend de nos jours… Messieurs altermondialistes, si vous existez encore,  vous n’aideriez pas déjà le monde existant à ne pas sombrer ? Ne serait-ce qu’en assurant l’aide logistique, les merguez et les chansons…

Photo : extrait de “fds2010-05” du Service photo, photothèque du Conseil départemental du Val-de-Marne.

  1. Ce sont surtout les Talibans afghans qui ont détruit les Bouddhas de Bâmiyân que j’avais en tête en écrivant ça, mais talibans et ravagés de l’Etat islamique, alliés ou ennemis, on ne sait pas trop, sont du même acabit, non ? []
(=S=) Écrit par :