Rappel à l’ordre

Je viens de recevoir un courriel de Google Maps Timeline, qui me rappelle où j’ai été ce mois-ci, les endroits, villes, chemin parcouru, etc. C’est gentil mais à quoi bon ? Alphabet et sa branche Google ont-ils peur que je perde la mémoire ? Comme je suis un esprit fort et un vilain de chez vilain que si Captain America me croisait il me combattrait et me terrasserait pour sauver son pays et le Monde, je me dis plutôt que Google veut me rappeler qu’ils me contrôlent, comme ça l’air de rien, en passant.

Grand Google te regarde.

Oh, certes tu peux encore te passer te téléphone portable, après tout, tu n’es pas obligé d’aller te connecter avec Google. Mais quoi payer tes sommes honteuses pour un téléphone de la Pomme pour que Grande Pomme me regarde à son tour ?1

Oh, certes je peux me couper du monde et ne plus exister socialement. Après tout, c’est ce qui peut arriver de mieux pour tout le monde. Je regarde Grand Frère qui s’en fiche, peut-être même que Grand Frère aime bien qu’on le regarde faire l’amour, surtout quand on ne peut rien faire, rien dire, qu’on est là comme une petite souris dans les bras du chat qui la laisse vivante parce qu’il trouve ça drôle et qu’il a déjà eu ses croquettes.

Va te faire foutre Google, je ne te regarde pas, tes prestations sont nulles. Envoie-moi Captain America, ou Captain Israel aussi, tiens, j’aimerais voir son costume ridicule à lui.

Bisous.

  1. Désolé les gars, le joli du numéro du « on ne coopère pas avec la justice yankee, même si c’est un terroriste », je n’y ai pas cru longtemps. []