Une réu

olivier-rolin-tigre-en-papierQuand la bande d’Issy y était allé un peu fort sur le litre, elle apostrophait grossièrement l’orateur. Gédéon s’employait à découvrir dans ces invectives quelque élément sensé à partir de quoi il tentait de bricoler une réconciliation : c’était ce qu’on appelait, en franco-maoïste, « résoudre les contradictions au sein du peuple ». Tom, le greffier des débats, un élève de l’Ecole lui aussi, était d’un naturel mesuré et courtois qui était loin de lui valoir la considération générale. Lorsque la pensée de l’un ou de l’autre devenait difficile à suivre, il toussotait, levait timidement la main et priait qu’on précisât un peu : camarade qu’est-ce que tu veux dire, concrètement ? Dans une pétaudière qui évoquait souvent le Club des cordeliers tel que le décrit Chateaubriand dans les Mémoires, on l’aurait cru à la Chambre des lords. (…) On parlait, on s’insultait, on « échangeait des expériences », on « systématisait », on « tirait des leçons ». C’est fou ce qu’on pouvait tirer de leçons, de tout. (p. 180)

(PdB) Écrit par :