Voir le Divin et brûler

150. Je me suis toujours demandé comment un homme qui a connu le Divin ne sentait pas en lui une envie permanente de soulever les montagnes, brûler en lui un feu intarissable qui ne tolère plus la cendre sèche, une explosion qui vous pousse à vous lancer à l’assaut de votre propre réalisation au prix de tous les risques ; dans l’incapacité de redescendre à son état antérieur, trop à l’étroit dans le normal, suffocant d’inaction.

[04.01.2009]

Photo d’entête :

(PdB) Écrit par :