Un midi au soleil à Washington Square

Il fait beau. J’ai voulu aller jusqu’à Washington square juste pour écouter la chanson de Chinese Men à l’endroit même où il faut être pour le faire (Dieu sait si l’auteur de ces lignes est dans la merde si écrit Thurston Moore une chanson sur Medellin ou le Bronx). Sur le banc d’à coté trois pouffiasses se racontent leur vie, une ayant eu un chagrin d’amour si je comprends bien, et une autre parlant incroyablement fort, les yeux qui disparaissent vers le haut pour souligner ses paroles, beuglant des « oh my God » horripilants – et vu ses yeux n’est-elle pas droguée ? Puis elles se huguent, se selfizent, rient bêtement à faire honte à la notion de ‘rires’. De l’autre côté de moi, une jeune fille chante une chanson de folk musique typique accompagnée à la guitare et à l’harmonica alors qu’un peu plus loin résonne le son d’un saxophone qui jazze la place. La folk-girl se pose devant moi : lorsqu’elle lit sur son smartphone elle ressemble à Marion Cotillard. L’Amérique est là posée devant moi, à l’image de son architecture : une juxtaposition de clichés.

Photo d’entête : “A sunny afternoon in Washington Square Park” par Bex Walton.